"What's up, doc?"

I am Louis Dorard, author of Bootstrapping Machine Learning, formerly Chief Science Officer at Concept Immo Global, co-founder of eAuteur and Entrepreneurs Ensimag, and columnist at The Rude Baguette (covering technology and R&D). I hold a Ph.D. in Machine Learning from University College London. I enjoy composing music, taking pictures and making short films.
Recent Tweets @louisdorard
Posts I Like
Who I Follow

Hey everyone,

With the coming of my new book, I’ve decided to set up a new website: louisdorard.com. It’s going to be more professional, with still a relaxed feel. I will use this site to host most of my writing — my book, but also blog posts on related topics.

I’m going to keep louis.dorard.me as a more personal site. For the moment it redirects to my tumblr, but I’ll see in the long term what makes more sense…

Bootstrapping Machine Learning is the first guide on prediction APIs. “What’s this”, you ask? Prediction APIs analyze data you send to them, in order to “learn” and generalize from examples of things happening in the real world that were recorded in the data. You can use these APIs to predict answers to questions such as “how much?” (e.g. house value estimation) and “which?” (e.g. spam detection). Using these machine-powered predictions makes us create smarter apps.

This book teaches you just enough to use Prediction APIs effectively, in less than 150 pages. It explains how to formulate your problem as a Machine Learning problem, and what the algorithms behind the APIs are supposed to do — not how they work, so it doesn’t take a university degree to understand. Check it out!

Looking for all the files within current directory (“.”)…

  • with a name ending in “.properties”:

find . -name ‘*.properties’

  • which contain the string “rackspace”:

grep -r “rackspace” .

The power of Virtual Machines

It has been a few weeks I have been using Vagrant at work and on personal projects, and I have become a huge fan. Vagrant is a tool that allows you to script the creation of Virtual Machines (VMs). Using VMs and sharing them is of great value to developers: you can make sure that everyone in the team is running the exact same thing, and new team members don’t need to spend time on setting up their development environment. VMs also allow something that researchers (should) care deeply about: repeatability of experiments and results. My choice of virtualisation application goes to VirtualBox, which is a free and open source.

Sharing and versioning VMs

However, one problem that remains is that of sharing VMs across the team, and versioning VMs as the project evolves. Vagrant solves this problem by allowing you to script the creation of VMs. You can then add the script to your versioning system repository.

Vagrant works with “boxes”, which are VMs, stored in a certain format, with stuff in them already (an operating system, programmes, files). There’s a number of boxes that you can download on the internet and that may be tailored to your needs. You can also make any VM into a box after including (manually) what you need (see examples below). Vagrant uses a given box as a base for creating a VM, so the first thing to do is to add boxes to your Vagrant install.

Getting started with Vagrant

First of all, install VirtualBox then Vagrant (links above).

The following command downloads and adds a box (under the name ‘lucid32’) on which is installed a bare bones Ubuntu 10.04 (Lucid) 32-bit:

vagrant box add lucid32 http://files.vagrantup.com/lucid32.box

Vagrant works relative to the directory from which you call it. The following command creates a default config file (“Vagrantfile”) in the current directory:

vagrant init

The following command creates the VM, based on the instructions in the Vagrantfile, or boots the VM if already created, or does nothing if VM already booted:

vagrant up

I find it most simple to tell Vagrant to launch a shell script in which I write all the instructions to set up the machine upon creation — see example Vagrantfile.

You can then log into the VM as the ‘vagrant’ user (no password needed), through ssh:

vagrant ssh

Once logged, and if needed, you may log as root with:

sudo su

You can access at /vagrant all the files that are on the host’s system in the directory from which vagrant was launched.

When you’re done with the VM, you can either shut it down:

vagrant halt

Or you can remove it altogether:

vagrant remove

In any case, you’ll bring it back up with a ‘vagrant up’.

Example uses

I have created two boxes of my own, based on lucid32, one with Matlab and Flash Media Server. The installation of these applications cannot be scripted because there are dialogs asking you to configure your installation and to accept the software license agreement, so I have done the base installations manually and created boxes from there so that all future VMs I’ll create which will include this software will be scripted.

When you run servers on your VM, it’s important to set port forwardings (as we did in the example Vagrant file linked to above). Make sure that when you search for Vagrant boxes on the internet (for example one for Rails app development), you also get a default Vagrantfile for that box… Enjoy!

Suite à mon inscription récente à Pôle Emploi, puis à mon entretien initial qui a permis de m’aiguiller sur la création de mon emploi, j’ai participé à deux ateliers sur la création d’entreprise, dont je vous partage ici mes notes:

  • Organiser son projet de création d’entreprise (3h)
  • Créer son entreprise, pourquoi pas? (2h)

Vous vous en doutez peut-être déjà, les titres sont bidons. Le contenu des ateliers était un peu éloigné du pitch qui en était fait, et il y avait beaucoup de recouvrement entre les deux ateliers, donc j’ai tout regroupé sous un même billet. J’ai organisé mes notes en 3 sections : le travail indépendant, les aides Pôle Emploi, la méthodologie pré-lancement.

Travail indépendant (a.k.a. freelance)

Statut auto-entrepreneur

Il s’agit d’un statut mis en place en 2008 (loi Fillon) pour permettre à des personnes salariées une source de revenus complémentaire. On anticipe des changements imminents depuis que la gauche est au pouvoir, notamment une diminution des plafonds de Chiffre d’Affaire (voir ci-dessous pour les plafonds actuels).

Le faible taux de charges sociales à payer en fait le statut le plus avantageux pour exercer une activité freelance… mais avec des contraintes, comme le fait de ne pas pouvoir travailler à temps plein pour un seul client (l’Urssaf verrait cela comme un contrat de travail dissimulé).

L’inscription se fait en nom propre sur www.lautoentrepreneur.fr, à une adresse personnelle, et il faut déclarer le domaine d’activité sur lequel on va utiliser ce statut (l’un ou l’autre, de façon exclusive):

  • vente (produits, fournitures);
  • prestation de service.

Entre 48 et 72 heures suivant l’inscription, l’Urssaf donne un numéro Siret, qui permet donc de facturer ses prestations.

Voici comment le statut d’auto-entrepreneur se caractérise:

  • Tout est à minima: pas de cotisation retraite ni assurance chômage, car, dans l’esprit de la loi (activité complémentaire à un autre emploi), celles-ci sont déjà payées sur l’autre emploi;
  • Activité uni-personnelle, i.e. 100% solo (pas d’associé, salarié, stagiaire, etc.);
  • En franchise de TVA: pas possible de récupérer TVA sur facture d’achats; les factures émises sont HT à 100%;
  • Plafond de Chiffre d’Affaire qu’on ne peut pas dépasser
    • pour la vente: 81500€ (proportionnel par rapport à la date de démarrage); charges sociales 12% + impôt sur le revenu à 1% = 13%;
    • pour la presta : 32600€; les professions libérales cotisent auprès de la CIPAV (se renseigner auprès de la fédération ou de l’organisme professionnel dont on dépend) ou de la RSI…
    • RSI: 21,3% charges sociales + 1,7% impôt sur le revenu = 23%
    • CIPAV: 18,3% + 2,2% = 20,5%
  • Il n’est pas possible de déduire de frais; il n’y a pas de notion de résultat, de compta, etc.

Remarques en vrac

  • Après 8 trimestres sans aucune activité, on est radié d’office par l’Urssaf du statut auto-entrepreneur.
  • Il y a obligation de déclarer les mois où on a fait 0 € de C.A. (48€ de pénalité par absence de déclaration néant sur 2012).
  • Il y a un degré de tolérance sur le plafond du CA (ce n’est pas dans les textes), et si on dépasse le plafond on se retrouve à payer le tarif entreprise (45% charges + impôt).
  • Lors de l’inscription il faut choisir versement mensuel ou trimestriel charges sociales et impôt sur le revenu. Le formateur conseille un versement mensuel qui permet une meilleure visibilité sur là où on en est, ce qu’on a gagné et ce qu’on doit. De plus, l’Urssaf étant sur un principe d’anticipation, il est plus simple de se radier rapidement quand on voit que le CA commence à devenir trop gros.
  • Mieux vaut ouvrir un autre compte en nom propre à la banque (plus simple en cas de contrôle de l’Urssaf), et noter toutes les recettes et dépenses à la main (avec numéros de facture) dans un cahier compta.
  • Comment savoir si on est rattaché à la CIPAV ou RSI? Se renseigner auprès de la fédération ou de l’organisme professionnel dont on dépend. Comment savoir de qui il s’agit? S’adresser à la chambre des métiers.
  • Il y a une réglementation à respecter pour l’exercice d’une activité en tant qu’auto-entrepreneur, même quand on fait ça tout seul depuis chez soi.
  • Il peut y avoir, en fonction de sa profession, à cotiser à des assurances professionnelles obligatoires (en plus de ce que mentionné précédemment).

Statut de travailleur indépendant

On ne retrouve plus les restrictions qu’il y a avec le statut d’auto-entrepreneur, on est libre de faire ce qu’on veut, mais la contrepartie est que les charges sociales et impôts sont beaucoup plus élevés: il y a 45% de charges sociales. L’inscription se fait auprès de la chambre de commerce et permet d’obtenir un numéro de Siret.

Remarques:

  • Pour une mission sur plusieurs mois, on conseille d’envoyer une facture en fin de chaque mois.
  • Les factures sont passées en frais côté client.
  • Il faut faire valider sa comptabilité par un expert comptable.

Aides

"Il existe plus de 5600 dispositifs d’aide à la création d’entreprise en France. En france, 1 entreprise sur 2 cherche des aides et seulement 15% en bénéficie."

Voilà pour planter le décor. Pour naviguer dans cette jungle de dispositifs, les sites suivants peuvent se révéler utiles: www.semaphore.cci.fr / www.aides-entreprises.fr / www.toutaide.com . La suite de cette section est dédiée aux aides fournies aux personnes inscrites comme demandeurs d’emploi auprès de Pôle Emploi.

ACCRE

Dans le cadre de la création ou du rachat d’une entreprise, l’ACCRE est une aide qui permet une exonération partielle des charges sociales (sauf, notamment, Csg et Crds) sur la rémunération du Demandeur d’Emploi Dirigeant (et lui seul), pendant les 12 premiers mois de l’activité.

Pour en bénéficier, il faut déposer un formulaire (à récupérer sur internet) au tribunal de commerce, de préférence lors de la création de l’entreprise et de l’enregistrement des statuts (ou à défaut, sous un délai de 45 jours maxi).

Il y a un délai de 30 jours avant de recevoir un avis de l’Urssaf (attestation éligibilité ou réponse négative). Si non réponse passé ce délai + 48 heures, la non-réponse vaut pour acquis. Il faut alors faire une déclaration sur l’honneur qu’on n’a eu aucune réponse et qu’on se déclare donc éligible.

ARCE

Pré-requis:

  • Etre indemnisé ou indemnisable par Pôle Emploi;
  • Bénéficier de l’ACCRE.

Il s’agit d’une aide financière venant de Pôle Emploi, qui est fonction de l’indemnisation à laquelle on a droit (caractérisée par le nombre de jours d’indemnisation ouvert et le taux net journalier).

Il y a deux options parmi lesquelles il faut choisir:

  • Le capital. Le montant de l’aide se calcule en appliquant un taux de 50% au solde d’indemnisation restant à toucher à partir de la date d’inscription à l’ARCE. Les autres 50% servent de “bouée de sauvetage” car, ne cotisant plus, si on se “casse la gueule” (liquidation ou mise en sommeil) il faudra prévoir de quoi retoucher des allocations de retour à l’emploi (on a jusqu’à trois ans pour accéder au reliquat des droits). Exemple: pour quelqu’un à qui il reste 400 jours et qui a 60€ d’indemnisation journalière, cela fait 400 * 60 * 0,50 = 12000€. Ce montant est versé en 2 fois: la moitié le 1er mois, l’autre moitié le 6è mois.
  • Le maintien partiel de l’indemnisation (pendant 15 mois maxi). Le calcul de l’indemnisation mensuelle se fait de la façon suivante: on détermine tout d’abord un nombre de jours non indemnisables, en divisant la rémunération perçue par son taux journalier d’indemnisation net, et en faisant la différence avec le nombre de jours dans le mois (jours “non travaillés”); le résultat est alors multiplié par le taux journalier net. Il faudra actualiser sa situation tous les mois.

De par le fait que l’ACCRE est un pré-requis, il faut un dirigeant majoritaire demandeur d’emploi pour bénéficier de l’ARCE. A la différence de la première, cette dernière peut concerner plusieurs associés demandeurs d’emploi. Voir les obligations en termes de répartition des parts sociales de l’entreprise dans ce cas.

NACRE

Il s’agit d’un accompagnement proposé par Pôle Emploi, financé en grande partie par le Conseil Régional, dont il faut faire la demande explicitement. Les moyens d’accompagnement peuvent dépendre de l’envergure du projet.

On distingue trois phases d’accompagnement:

  1. Phase 1: démarches de constitution de l’entreprise (méthodologie, choix des statuts), conseils par un expert;
  2. Phase 2: mise en relation privilégiée auprès d’un établissement bancaire (présenté par le conseiller bancaire), pour bénéficier d’un certain nombre de services; possibilité de prêt à taux 0% à hauteur de 10000€ qui doit être couplé à un prêt à taux négocié;
  3. Phase 3: post création, on bénéficie pendant 3 ans de l’expertise des conseillers.

L’accompagnement est assuré par des bureaux organisés par département (voir liste sur internet), et constitués d’anciens experts comptables ou entrepreneurs. A noter que certains bureaux du Nacre ne s’occupent que de certaines phases du dispositif.

Méthodologie pré-lancement

Tout part d’une idée. Puis il faut s’attarder, dans l’ordre, sur les points suivants:

  1. Réglementation et législation;
  2. Etude de marché (macro et micro économique: étude des concurrents et enquête terrain — on s’occupe de définir sa cible); il est conseillé de s’aider des statistiques INSEE (insee.fr); credoc.fr peut également être une référence utile;
  3. Etude financière: compte d’exploitation prévisionnel (recensement des frais), besoins en trésorerie;
  4. Etude comptable: on ajoute les charges sociales et la fiscalité aux frais, ce qui donne lieu au business plan;
  5. Etude juridique (toujours par l’expert comptable): choix du type de structure juridique en fonction de sa situation personnelle (célibataire, marié, avec ou sans enfants, etc.; ce statut juridique va avoir un impact sur le patrimoine personnel), patrimoine personnel, et business plan.

Le lieu d’implantation sera également à choisir sciemment, en fonction des réglementations, des charges, du loyer, etc. On pourra, dans un premier temps, s’installer dans une pépinière ou une couveuse, afin de “tester” (couveuse sur petites durées, pépinière jusqu’à 18-23 mois) en gardant les charges fixes au plus bas.

Ces études se traduisent également par la production des documents suivants:

  • Plan de trésorerie sur 1 an
  • Plan de financement initial sur 1, 2 puis 3 ans
  • Compte de Résultat sur 3 ans (photographie de toutes les entrées et sorties).

Pas de panique, deux dispositifs d’accompagnement sont disponibles pour cette phase de pré-lancement:

  • EPCE (sur 1 mois)
  • OPCRE (sur 3 mois)

On ira enfin créer la structure juridique auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) qui centralise les pièces et les transmet aux organismes qu’il faut (greffe, impôts, etc.). C’est aussi par lui que passera la demande d’Acre. Arrivé au lancement des opérations, Pôle Emploi doit être au courant, et on entre alors officiellement dans la catégorie des créateurs d’entreprise (champagne!).

Les différentes structures juridiques

Pour bénéficier des aides, il faut être dirigeant majoritaire de la structure choisie, et dans presque tous les cas cela est incompatible avec le statut de salarié. Une rémunération reste possible si les bénéfices le permettent.

Unipersonnelles

  • EURL: pas de minimum de capital; bénéfices imposés au nom de l’associé unique (IR proportionnel au revenu et pas aux bénéfices);
  • SASU: voir sur le site de l’Apce;
  • EIRL (depuis fin 2011, peu de recul): très peu de démarches et de coûts (pas d’enregistrement auprès du tribunal de commerce, c’est quelque chose auquel on adhère -> peu de frais et démarches de constitution); en cas de faillite on ne pourra saisir que le patrimoine professionnel ; voir le comparatif EURL/EIRL sur le site de l’Apce.

Multi-personnelles

  • SARL: min. 2 associés, max. 100; pas de min. de capital; le dirigeant est un “gérant”; imposition sur les sociétés: IS à 15% pour la 1ère tranche puis 33,33% pour la tranche de 38120 € à +
  • SAS: le dirigeant s’appelle “président”.
  • SNC, pour les commerçants; fiscalement c’est une société “transparente”.

Remarques et conseils divers en vrac

Pôle Emploi est dans une démarche de conseil, pas de jugement!

Il est important de s’entourer d’un

  • expert comptable (prévoir entre 6 à 12 k€ / an)
  • conseiller juridique
  • avocat en droit des affaires / entreprises

L’Etat est très mauvais payeur, il paye avec jusqu’à 2 ans de délai.

Pour la première année d’exercice, possibilité de décalage des impôts sur la 2è année.

L’installation en Zone Franche Urbaine ou en zone rurale permet un régime fiscal et social très favorable.

Références

Compléments d’information, clarifications, rectifications…

J’ai essayé de retranscrire au mieux le contenu des ateliers, que j’ai trouvés très informatifs et qui ont permis de répondre à plusieurs de mes questions, mais je doute que mes notes soient exemptes d’erreurs ou qu’elles soient parfaitement compréhensibles. Le formateur a presque oublié une partie du programme (l’erreur est humaine…), il y a donc peut-être d’autres oublis plus localisés.

Je vous invite donc vivement à commenter ci-dessous pour compléter les informations ci-dessus, ajouter votre grain de sel sous forme de précisions, clarifications, rectifications, ou questions (j’essaierai de faire de mon mieux pour y répondre).

Je finis par une citation du formateur, que j’ai trouvée pleine de sagesse et qui servira de disclaimer sur les informations fournies ici:

Il y a tellement de merde sur internet.

entrepreneurs-ensimag:

Au delà de l’idée, l’équipe fondatrice est ce qui fait la singularité et souvent le succès d’une startup ou d’un projet. On peut être très efficace à travailler seul, mais il est certain qu’un seul individu ne peut réunir toutes les compétences requises pour mener à bien son projet et concrétiser sa vision. De toutes manières, il n’y aura jamais assez d’heures dans une journée pour tout faire tout seul. Ici plus qu’ailleurs :« l’union fait la force ».
Dans le domaine du web et des technologies mobiles, l’union sacrée ou le trium virat du succès s’appelle la H-Team, constituée de (dans l’ordre alphabétique, et en laissant une grosse place à la caricature ;-) :

Hacker (la composante technique) : Il s’agit du MacGyver (ou Q dans James Bond) de la bande. Il saura comment concrétiser techniquement l’idée, en commençant par prototyper rapidement un bolide moche, mais qui roulecomme un charme, et très très vite. Titine sera prête pour les courses de championnat.


Hipster (la composante marketing/ergonome/design) : C’est un artiste nommé Nerdy Warhol, qui doit avoir la tête en l’air, des yeux derrière la tête, et les pieds sur terre. Il fera en sorte que Titine devienne une muscle car de compétition. Il choisira la peinture, les carénages et s’il faut mettre des néons (généralement non). Titine sera prête pour les salons automobiles.


Hustler (la composante business/commerciale) : Il s’agit de Don King, l’agent de Titine, qui en fera la promotion, qui lui décrochera les sponsors et l’inscrira aux bonnes courses. Il fera de Titine la référence dans sa catégorie.

Bien que les compétences de chacun des membres de la H-Team soient spécifiques, elles sont complémentaires et d’égale importance. Une collaboration étroite au sein de l’équipe, dès la définition de l’idée ou du concept, jusqu’à la sortie et le développement du produit, est cruciale pour augmenter les chances de succès(et de levées de fonds auprès des VC et autres business angels).
Malheureusement, il se trouve qu’il n’est pas du tout évident de réunir ces 3 piliers lorsque l’on débute sur un projet. Nous avons d’abord tendance à nous tourner vers nos pairs, le danger étant de finir avec un trépied dont tous les pieds sont au même endroit… Pas facile de tenir en équilibre ! Ensuite, puisque l’on a du mal à remettre en question notre idée génialissime, nous préférons embaucher (ou avoir recours à des freelances et des prestataires), pour que nos employés nous écoutent, plutôt qu’ils nous challengent… Le trépied a ses pieds bien répartis dans l’espace, mais l’un est bien plus long que les autres !
C’est pourquoi, à l’instar d’autres Meetups, Casting the H-Team  est un événement de rencontre entre entrepreneurs à profils complémentaires, afin qu’ils puissent finalement se trouver, partager, se challenger et pourquoi pas s’associer, pour fabriquer un super trépied parfaitement équilibré ?
 
Pour vous inscrire, voici le lien eventbrite :  h-team.eventbrite.fr
 
Si vous avez un projet en cours et êtes à la recherche d’associés, venez !
Si vous êtes disponibles et enclin à vous lancer un nouveau défi en rejoignant une startup naissante, venez aussi !

entrepreneurs-ensimag:

Au delà de l’idée, l’équipe fondatrice est ce qui fait la singularité et souvent le succès d’une startup ou d’un projet. On peut être très efficace à travailler seul, mais il est certain qu’un seul individu ne peut réunir toutes les compétences requises pour mener à bien son projet et concrétiser sa vision. De toutes manières, il n’y aura jamais assez d’heures dans une journée pour tout faire tout seul. Ici plus qu’ailleurs :« l’union fait la force ».

Dans le domaine du web et des technologies mobiles, l’union sacrée ou le trium virat du succès s’appelle la H-Teamconstituée de (dans l’ordre alphabétique, et en laissant une grosse place à la caricature ;-) :

  • Hacker (la composante technique) : Il s’agit du MacGyver (ou Q dans James Bond) de la bande. Il saura comment concrétiser techniquement l’idée, en commençant par prototyper rapidement un bolide moche, mais qui roulecomme un charme, et très très viteTitine sera prête pour les courses de championnat.

  • Hipster (la composante marketing/ergonome/design) : C’est un artiste nommé Nerdy Warhol, qui doit avoir la tête en l’air, des yeux derrière la tête, et les pieds sur terre. Il fera en sorte que Titine devienne une muscle car de compétition. Il choisira la peinture, les carénages et s’il faut mettre des néons (généralement non). Titine sera prête pour les salons automobiles.

  • Hustler (la composante business/commerciale) : Il s’agit de Don King, l’agent de Titine, qui en fera la promotion, qui lui décrochera les sponsors et l’inscrira aux bonnes courses. Il fera de Titine la référence dans sa catégorie.

Bien que les compétences de chacun des membres de la H-Team soient spécifiques, elles sont complémentaires et d’égale importance. Une collaboration étroite au sein de l’équipe, dès la définition de l’idée ou du concept, jusqu’à la sortie et le développement du produit, est cruciale pour augmenter les chances de succès(et de levées de fonds auprès des VC et autres business angels).

Malheureusement, il se trouve qu’il n’est pas du tout évident de réunir ces 3 piliers lorsque l’on débute sur un projet. Nous avons d’abord tendance à nous tourner vers nos pairs, le danger étant de finir avec un trépied dont tous les pieds sont au même endroit… Pas facile de tenir en équilibre ! Ensuite, puisque l’on a du mal à remettre en question notre idée génialissime, nous préférons embaucher (ou avoir recours à des freelances et des prestataires), pour que nos employés nous écoutent, plutôt qu’ils nous challengent… Le trépied a ses pieds bien répartis dans l’espace, mais l’un est bien plus long que les autres !

C’est pourquoi, à l’instar d’autres Meetups, Casting the H-Team  est un événement de rencontre entre entrepreneurs à profils complémentaires, afin qu’ils puissent finalement se trouver, partager, se challenger et pourquoi pas s’associer, pour fabriquer un super trépied parfaitement équilibré ?

 

Pour vous inscrire, voici le lien eventbrite :  h-team.eventbrite.fr

 

Si vous avez un projet en cours et êtes à la recherche d’associés, venez !

Si vous êtes disponibles et enclin à vous lancer un nouveau défi en rejoignant une startup naissante, venez aussi !

A few weeks ago, I posted a short message on Facebook saying that I was going to write a new Machine Learning ebook. I have told my idea and chatted to a few people since (engineers, hackers and bootstrappers), and I am glad to have confirmed that there is indeed a need to be addressed with this ebook.

The most prominent question I have had during these chats simply was:

What is Machine Learning (ML)?

I could give a mathematical answer, but that would probably have zero impact on you… More interesting are the questions that would follow: “What can you do with Machine Learning? What are the limits? How does it relate to other Artificial Intelligence techniques? Can I use Machine Learning in what I do, for my particular problem? How?

Actually, the 2010s have seen ML advance to a point where anyone (that means you!) can use it to produce meaningful results, without having to understand the maths and theory on which ML is based. ML algorithms are now exposed through extremely simple interfaces, so you can effectively do predictions thanks to Machine Learning “black boxes”, without knowing the workings in details. Sure, you will need to understand a few basic concepts and what the algorithms are supposed to do.

The focus of my ebook is going to be on teaching you just enough to bootstrap Machine Learning in your projects/hacks/business. Obviously, on a technical level you won’t get as much from ML as if you’d hire an expert. But you don’t have the resources anyway, and you don’t even know yet what use ML is going to be of. The way to go in that case is to bootstrap! Experiment with your new ML superpowers, validate ideas, and create prototypes. You may decide in the future to optimise things by hiring or becoming an expert, and you will then be in a much better position to do so. Or you may stay happy with your ML setup and choose not to change anything — basic algorithms can work wonders.

Why the ebook form? Because it’s intended to be a much quicker read than other ML resources for newbies. I am going to teach you how to use ML APIs instead of how to program ML algorithms. This is going to abstract the scientific and algorithmic complexity, so you can read the ebook and start putting what you’ve learnt to practise in just a day. By the way, I intend to write a hands-on chapter with a concrete use case and code to help you get real!

If there’s anything that you would like to see in this ebook, now’s your chance to speak your mind. You can let me know in the comments what you would like to learn about, or you can just ask me anything. Also, if you like/share this post and give me shout, you’ll get a chance to receive a draft version of the ebook for free (pricing is going to be somewhere around $50).

I have read many discussions on the topic of HTML5 apps (“in the browser”) versus native apps (those you download and install) from the app makers’ viewpoint, and whether or not one of the two kinds is going to replace the other. They are two very different things, they sometimes serve the same objective, but none of them is going to replace the other imho.

The fundamental difference is that native apps are downloaded. This means that I have been on a download page, seen a rating of the app, reviews, who made the app, what it does, and based on that I have decided that it shall be authorized to run on my computer. As such, it may take up space on my hard drive (in order to work offline), have access to my machine’s computational resources in order to do its stuff, have access to my camera, my contacts, my agenda, etc.

Because I download a specific, reviewed version of the app, I can rely on the fact that it’s not going to do unexpected things or things I wouldn’t like it to do. We users can also share our experience of apps in a reliable way because we can ensure that we are running the same thing (based on the version name or number which identifies the app), and we can give reviews. In a word, as a user I can trust that app.

In comparison, an HTML5 app is accessed directly from a link on the internet, without passing through any equivalent of the download page with all the useful information it contains, and this app may change at any time. I should therefore be much more cautious with what I allow it to do. My browser actually helps me with that by setting restrictions. A few years ago, before the HTML5-powered rich applications, there used to be rich apps in the browser called “Java applets” which could have some special authorizations if you responded favorably to the dialog box that would pop up when loading the app. I even think you could have your computer remember to trust a certain app maker. In any case, the thing is that the app you’re accessing may change, even if it is always at the same address. You can’t grant persistent authorizations to an app that changes all the time!

The fact that a certain version of a certain native app can be reviewed is what makes it reasonable to allow it to do and access what it wants on your machine/device (which is more than with an HTML5 app).

imageParis Capitale Numérique (formerly called Paris Capitale Startup) is a governmental initiative that originates from the observation that the digital sector doesn’t contribute as much to the economy in France as it does in other countries. The idea of the government’s proposal is to bring together, at the same location, all the types of actors that make up the digital sector. It’s hard to guess what’s exactly on their mind (do they know themselves?), but I do think that it makes sense for this project of a tech hub to have an international dimension — hence the post in English.

Following some harsh criticism on the blogosphere, the Ministry of Digital Economy put up a survey to ask for general feedback on its proposal. Recent news on the expected location of PCN (possibly here) reminded me I still hadn’t completed the survey, which I just did today. Here is a post to explain the ideas I submitted.

International

Two things come to mind: getting investments from abroad, and helping domestic businesses make money abroad. First, Living in a global world and economy, it makes sense to facilitate connections between startups and investors all around the world, and PCN could be a first port of call for international investors. Second, When a product has proven successful in the domestic market, the next step is to expand to international markets. This is best done with people who know and have firsthand experience with the target markets, and also have connections in those markets (think Ubifrance). PCN needs these people.

Besides that, I think that general coaching (whether business or tech) by foreign advisors would also be useful. There’s much to learn from people who have a different perspective, who can challenge our knowledge and the way we are used to do things. I have the feeling there aren’t that many connections between the different European startup communities. For instance, the European startups I know about who are not French, I know from US tech blogs. How about inviting European startups and mentors to events at PCN and sending our own abroad?

In terms of location, the international dimension implies that the place should be easy to get to for people abroad, and this probably is the most important criterion.

Finally, the survey asks how we should attract people from abroad. I don’t have a strong opinion on that, but I’d say how about we ask them and involve them in the process of creating PCN? Good thing that the survey is also available in English…

Free advise on subsidies and admin matters

There’s a connection to be made with the SayOuiToFrance campaign, which objective is to attract investments in France. One of the arguments that have been put forward in this campaign are the tax credit schemes for young innovative companies in France. Yes, these are very interesting schemes, there is also money to get in the form of grants and loans, but the general feeling here is that the workings of these public means of funding are way too complex.

Therefore, I think it would be a huge help if PCN would give access for free to advise from civil servants who would help startups raise subsidies and coach them in public innovation funding. More generally, I think that further help on admin matters would also bring some relief to many founders, and it’s the kind of help that the State is in a good position to offer.

Universities and schools

Arguably, most of the top graduates in France come from schools rather than universities. And the schools with the highest reputations are usually public. This is where the talent that our startups are made of comes from. So obviously, public schools have a prominent role to play in a public initiative such as PCN.

Schools and unis do two things: they do research and they teach students. Giving public research labs a presence at PCN would be a good way to connect business and research (think of the ties between Google and Stanford for instance). Regarding students, here’s a tip. Recruiting is not easy. How do you attract top talents when you’re on a budget? Lure students who are full of promises into internships at your startup, seduce them before they graduate, and hire them. Now you just need to meet students. You could come to them, but how about they come to you (since you happen to be at PCN)?

My last idea is that PCN can play a role in helping students start their own businesses by facilitating connections between different types of schools (business, engineering, design). Education is very compartmented in France, in comparison with the US and the UK (I don’t know much about the rest of the world). For this reason, students don’t mix, and entrepreneurial projects at school always have all-business or all-engineering teams.

Miscellaneous

  • 10 GB/s internet connection? Yes please! Who deserves fast internet connections more than people who work in the digital sector?
  • Flexible office space? Yes please! Coworking spaces and shared meeting rooms are the norm. Ability to expand easily as a startup grows would be most welcome.
  • Incubator? Well, if this is a startup place, there should be seed startups as well, no?
  • A partner to give publicity to PCN? How about LeWeb?